Qui sommes-nous ?

100_8917Une association  dont le but est de faire connaître le patrimoine archéologique, historique, rural du plateau de Labeaume ainsi que d’autres lieux, dans une perspective culturelle.

L’association Dolmens et Patrimoine de Labeaume fut créée en 1999 par un enfant du pays, amoureux de son village et de son plateau, Paul Dupland. Il a su, au gré de visites autour des sites de dolmens, fédérer par sa passion de nombreux Labeaumois et bien d’autres Ardéchois ou vacanciers. Il leur a ouvert les yeux sur la spécificité et le pittoresque de cet environnement exceptionnel.

Après sa disparition ainsi que celle de son successeur Claude Rigollot, géologue, la présidence est revenue en 2015 à Sonia Stocchetti, archéologue, jeune spécialiste des dolmens. Les intervenants, historiens ou autres à la tête de l’association ou qui lui sont extérieurs, animent les sorties tout au long de l’année. Nous pratiquons aussi des séances de débroussaillage, en particulier sur le site du Ranc de Figère, site de dolmens dont la mise en valeur a été effectuée en liaison avec la commune en vue de l’information d’un large public.

Plusieurs conférences par an, ouvertes à tous, prononcées par des spécialistes sur des thèmes variés, comme la spéléologie dans ce pays si riche en grottes, ouvrent vers d’autres horizons.

 

Nos activités

DSC02511

 

Elles sont axées autour de la spécificité de ce plateau karstique de Labeaume qui a permis l’érection de nécropoles  préhistoriques  constituées de dolmens nombreux et bien conservés. L’association s’est engagée à les répertorier et les protéger en liaison avec les associations régionales. Elle a réalisé en 2009 une importante opération de remise en état d’un dolmen qui s’effondrait.
La présentation de la botanique et du biotope adaptés au climat et à la géologie font aussi l’objet de nos sorties.

Image 17

Second axe des activités de l’association, la découverte d’un patrimoine rural remarquable, semblable à celui de communes environnantes situées sur le même type de terrain.

Cette architecture vernaculaire fut conçue par des habitants qui cumulaient le plus souvent  les fonctions de paysan,  éleveur, berger,  carrier, vigneron, maçon et sériciculteur ; les fermes furent également des magnaneries destinées à l’élevage du ver à soie à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les jardins avec leurs citernes et leurs aménagements hydrauliques étonnants sont liés à cet habitat entièrement tributaire de la possibilité de drainer et de retenir l’eau de pluie. Ajoutons les abris de bergers, les granges, les curieux « clapas », les kilomètres de murs en pierres sèches, les croix, les mûriers qui ponctuent le paysage.

Depuis quelques temps, nous avons fait le choix de ne plus faire conduire les visites uniquement par « d’érudits chercheurs », mais éImage 12galement par des Labeaumois « natifs » faisant revivre la vie de leurs ancêtres sur leurs lieux de mémoire personnels, ou retraçant les itinéraires suivis autrefois par les  bergères, les lavandières, les chasseurs…
Depuis toujours les sorties de l’association ont été également orientées vers des sites plus éloignés, toujours dans la perspective de découverte d’un patrimoine préhistorique, historique ou industriel. Des   journées ont été ainsi consacrées à des objets thèmes aussi variés que la résidence des évêques de Viviers à Bourg-Saint-Andéol, les « chibottes » en pierre volcanique de la région du Puy, les traces de l’aqueduc d’Uzès à Nîmes, etc.

L’association entretient des échanges avec plusieurs associations de la région, Ladeno à Lamastre, Saint-Remèze… Elle est impliquée dans le projet de valorisation et de protection des dolmens conduit par Sonia Stocchetti où sont engagé les communes de Beaulieu, Chandolas, Grospierres, Labeaume, Orgnac-l’Aven et Saint-Alban-Auriolles, avec le soutien financier du Département de l’Ardèche, la Direction régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes.

Image 11Inter.DSC06301

Les dolmens et le patrimoine rural de Labeaume sont ainsi mis en valeur grâce à un sentier de découverte établi en concertation avec l’association.

 

Michèle Couderc et Marie-Hélène Balazuc

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont clos.